Page d'accueil Biographie Musées Ventes Publiques Expositions Bibliographie Collections privées

Home page Biography Museums Auctions Exhibitions Bibliography Private collections

Piano Optophonique

Optophonie - Optophony

Musée National d'Art Moderne - Centre Georges Pompidou - Paris

Piano optophonique et Disque optophonique - Ø 40 cm peinture sur verre (1923)

Detail of the optophonic piano’s mechanism and optophonic disc (1923) Ø 40 cm, painting on glass

 

Exemple d'un effet dynamique d'une touche - One key dynamic sample effect

Galerie d'effets statiques - Statical gallery effects

 


English text

Extrait d’un texte inedit de Baranoff Rossiné (1926) :

Mecanisme du piano

Optophonie - Optophony

"Imaginez que chaque touche d'un clavier de piano d'orgue immobilise dans une position choisie, ou fasse mouvoir plus ou moins rapidement un élément déterminé dans un ensemble de filtres transparents qu'un faisceau de lumière blanche traverse et vous aurez l'idée de l'appareil conçu par Baranoff-Rossiné.

Les filtres lumineux sont de plusieurs sortes : des filtres simplement colorés - des éléments d'optique tels que prismes, lentilles ou miroirs - des filtres comportant des éléments graphiques, d'autres enfin comportant des formes colorées à contours définis. Ajoutez à cela la possibilité d'agir sur la position du projecteur, sur le cadre d'écran, sur la symétrie ou l'asymétrie des compositions et de leurs mouvements et sur son intensité, et vous pourrez reconstituer ce piano lumineux qui servira à interpréter une infinité de compositions musicales. Interpréter en effet - car pour le moment, il ne s'agit pas de trouver une seule et unique traduction d'un ouvrage musical existant, pour lequel son auteur n'a pas prévu une superposition lumineuse. En musique, comme en tout autre art l'interprétation, le talent, la sensibilité de l'interprète sont des éléments par lesquels il faut bien passer pour pénétrer la pensée de l'auteur. Le jour où un compositeur écrira à la fois, avec une notation dont il reste à déterminer les éléments en musique et en lumière, l'interprète aura un moindre degré de liberté, et ce jour-là, sans doute, l'unité artistique dont nous parlions, sera beaucoup plus parfaite..."

(On a respecté la rédaction à la troisième personne de ce texte autobiographique.)


Extract of an original text by Baranoff Rossiné (1916)

The mechanism of the piano

 

"Imagine that every key of an organ’s keyboard immobilises in a specific position, or moves a determined element, more or less rapidly, in a group of transparent filters which a beam of white light pierces, and this will give you an idea of the instrument Baranoff-Rossiné invented.

There are various kinds of luminous filters: simply coloured ones optical elements such as prisms, lenses or mirrors; filters containing graphic elements and, finally, filters with coloured shapes and defined outlines. If on the top of this, you can modify the projector’s position, the screen frame, the symmetry or asymmetry of the compositions and their movements and intensity; then, you will be able to reconstitute this optical piano that will play an infinite number of musical compositions. The key word here is interpret, because, for the time being, the aim is not to find a unique rendering of an existing musical composition for which the author did not foresee a version expressed by light. In music, as in any other artistic interpretation, one has to take into account elements such as the talent and sensitivity of the musician in order to fully understand the author’s mind-frame. The day when a composer will compose music using notes that remain to be determined in terms of music and light, the interpreter’s liberty will be curtailed, and that day, the artistic unity we were talking about will probably be closer to perfection..."

(This autobiographic text was originally written using the 3rd person.)

 


Concerts OPTOPHONIQUES :

Concerts Opto-Phoniques : " La Ruche ", Paris, 1912.

Kristiania (Oslo) et Stockholm, 1916.

Théâtre Meyerhold, Moscou, 16 et 18 Avril 1924.

Théâtre Bolchoï, Moscou, 9 Novembre 1924.

Riga et Berlin, 1925.

Manifestations au Studio des Ursulines, Paris, Février - Mars 1928.

Studio 28, décembre 1928 - février 29.

Exp. : " Kunst-Licht Kunst ", Stedelljk van Abbémuséum, Eindhoven, 1966.

" Lumière et Mouvement ", Musée d’Art Moderne, Paris, 1967.

" Wladimir Baranoff-Rossiné ", Galerie Jean Chauvelin, Paris, 1970, n° 51.

" Russian Avant-Garde 1908-1922 ", Léonard Hutton Gallery, New York, 1971, n° 7

" Baranoff-Rossiné " , Musée National d’Art Moderne, Paris 1972-1973, n° 40.

" L’Or des Années Folles ", Salon des Indépendants, Paris, 1975, n° 48.

Bibliographie :

V. Baranoff-Rossiné, Brevet d’invention n° 626.435, Paris, 25 Mars 1926 ; Saint-Aignan, " La Revue Moderne " , 15 Mars 1933, p. 27 ; J. Michaut, " Paris et le Monde ", 1934 ; Léon Degand, " Art d’Aujourd’hui ", n° 1, série 5, février 1954 ; Jacques Chapiro, " La Ruche ", Paris 1960 ; Frank Popper in " L’Oeil ", n° 144, décembre 1966 ; M. Hoog, " Cimaise " n° 85 & 86, mai 1968 p. 88 ; Frank Popper, " L’Art cinétique ", Paris, 1970, p. 157 ; J. Cl. et V. Marcadé in Catalogue " Wladimir Baranoff-Rossiné ", Galerie Chauvelin, Paris 1970 ; " Decorativny Iskoustva ", n° 6, Moscou, 1970, p. 14 ; Frank Popper, in " L’année 1913 ", Paris, 1971, p. 394 ; V. Marcadé, " Le Renouveau de l ‘art pictural russe ", Paris 1972, Janvier-février 1973 ; " Match ", n° 1273, 20 janvier 1973.

"Payouchaya Radouga" ("L'arc en ciel Chantant") Boulat Galeyev, Edition de Tatarie (Kazan) 1980.

 

Copyright © Dimitri Baranoff Rossiné 1997